American Airlines prévoit de supprimer 19 000 emplois d’ici octobre à la fin d’un programme de soutien salarial que le gouvernement américain a offert aux compagnies aériennes pendant la pandémie.

Les compressions, en plus des départs et départs volontaires, réduiront l’effectif de la compagnie aérienne de près d’un tiers par rapport à mars.

D’autres compagnies aériennes ont mis en garde contre des réductions similaires dues à une baisse du trafic aérien.

United Airlines a déclaré le mois dernier que pas moins de 36 000 emplois étaient menacés.

La Lufthansa allemande a averti qu’elle pourrait supprimer 22 000 emplois, tandis que British Airways supprimera 12 000 emplois.

L’Association du transport aérien international a averti en juin que la crise de cette année entraînerait plus de 84 milliards de dollars de pertes aériennes dans le monde.

Aux États-Unis, les conditions d’un renflouement gouvernemental de 25 milliards de dollars (19 milliards d’euros) ont empêché les compagnies aériennes de décoller considérablement d’ici le 30 septembre.

Alors que les compagnies aériennes ont demandé une aide supplémentaire, on parle à Washington d’un programme d’aide qui s’est effondré sans accord ce mois-ci.

American Airlines avait reçu 5,8 milliards de dollars du service public. Il a récemment annoncé son intention de suspendre le service vers 15 petits aéroports américains en raison de la faible demande de voyages.

« Nous devons nous préparer à la possibilité que les dirigeants de notre pays ne trouvent pas un moyen de soutenir davantage les professionnels de l’aviation et le service que nous fournissons, en particulier aux petites communautés », ont déclaré le PDG Doug Parker et le président Robert Isom dans un message adressé au personnel de l’entreprise.

LIRE  Accor annonce l'ouverture de nouveaux hôtels en Australie et en Nouvelle-Zélande en 2021

Dans la lettre, les dirigeants ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce qu’American Airlines vole à environ 50% de sa capacité au cours des trois derniers mois de 2020. Les vols internationaux devraient être réduits à 25% du niveau de 2019.

American Airlines a déclaré qu’il s’attendait à ce que moins de 100 000 personnes soient employées d’ici octobre, contre 140 000 début mars.

En plus des 19 000 compressions, environ 12 500 personnes ont quitté volontairement la compagnie aérienne depuis mars et 11 000 autres prendront un congé volontaire en octobre.