(Agence Ecofin) – Pays le plus touché d’Afrique, l’Afrique du Sud fait face à une nouvelle vague de covid-19 qui promet d’être bien plus dévastatrice que la première. Ces derniers jours, le trafic aux frontières terrestres, en particulier avec le Zimbabwe, a augmenté, faisant craindre une contamination accélérée.

L’Afrique du Sud continue de resserrer les mesures restrictives pour faire face à l’augmentation des cas de covid-19 sur son territoire. Lundi 11 janvier, le président Cyril Ramaphosa a annoncé la fermeture de 20 postes frontières terrestres jusqu’au 15 février 2021.

L’un des objectifs de cette décision est de réduire le flux de personnes entrant en Afrique du Sud par les frontières terrestres sans respecter les conditions sanitaires pour entrer en Afrique du Sud. Le pays a été confronté à un afflux de populations, principalement du Zimbabwe, ces dernières semaines, qui a également connu une augmentation du nombre de cas et a dû imposer un nouvel endiguement.

» L’un des défis auxquels nous sommes confrontés après la période des vacances est l’énorme congestion du nombre de postes frontières terrestres. Le président Ramaphosa a déclaré, ajoutant que » il était difficile de garantir le respect des conditions d’hygiène pour entrer en Afrique du Sud, de nombreuses personnes arrivant sans preuve de dépistage de la covid-19 « .

Il y a quelques semaines, le gouvernement avait déjà décidé d’interdire la vente d’alcool et de resserrer les contrôles sur le port des masques. Avec plus de 1,2 million de cas confirmés pour 32824 décès, la nation arc-en-ciel d’Afrique a été la plus touchée par le coronavirus, et les autorités veulent empêcher la deuxième vague de la pandémie d’être encore plus dévastatrice que la première.

LIRE  ENKA et Siemens construiront deux centrales électriques de 1300 MW

Les autorités affirment que la mesure de fermeture des frontières n’affectera pas le transport du carburant, des fournitures et des marchandises, les personnes recherchant des soins médicaux d’urgence pour une maladie mortelle, le retour des ressortissants sud-africains, des résidents permanents ou des personnes avec d’autres visas valides.

Moutiou Adjibi Nourou