Barack Obama partage ses « angoisses » : L’ancien président Barack Obama a déclaré vendredi qu’il était, comme « des millions d’autres », « angoissé » par la mort de George Floyd – un homme noir non armé vu plaidant pour de l’air alors qu’il était arrêté lundi alors qu’un officier enfonçait son genou dans son cou. Floyd, bien qu’il ait dit « Je ne peux pas respirer », rendra l’âme plus tard dans la nuit.

 

Barack Obama partage ses « angoisses » sur le meurtre de George Floyd

Une vidéo de l’arrestation montre George Floyd inconscient, le genou de l’officier Derek Chauvin le tenant toujours pendant que des passants exhortent la police à lui porter secours.

La police congédie Derek Chauvin et trois autres officiers impliqués et diverses enquêtes sont en cours. La famille de Floyd a demandé une accusation des officiers pour son meurtre. Selon plusieurs médias, Chauvin est également à la disposition de la justice depuis vendredi.

Barack Obama partage ses « angoisses » : Dans une déclaration publiée sur Facebook vendredi, Obama, 58 ans, a écrit qu’il voulait « partager une partie des conversations que j’ai eues avec des amis au cours des deux derniers jours au sujet des images de George Floyd mourant face cachée dans la rue sous le genou d’un officier de police au Minnesota. »

Un homme, un « homme d’affaires afro-américain d’âge moyen », avait envoyé un courriel à l’ancien président : « J’ai pleuré en voyant cette vidéo. Cela m’a brisé. Le « genou sur le cou » est une métaphore de la façon dont le système tient si cavalièrement les noirs, ignorant leurs appels au secours. »

LIRE  Zendaya éblouit dans une robe Versace vintage étincelante réalisée en 1996, l'année de sa naissance!

Faisant référence à une vidéo virale d’un jeune chanteur de gospel, Obama a écrit :

Un autre de mes amis a utilisé la puissante chanson virale de Keedron Bryant, 12 ans, pour décrire les frustrations qu’il ressentait. Les circonstances de mon ami et de Keedron peuvent être différentes, mais leur angoisse est la même, a écrit Obama. C’est partagé par moi et par des millions d’autres.

La mort de Floyd lors de son arrestation – la dernière rencontre de haut niveau entre les forces de l’ordre et les personnes de couleur non armées qui est devenue mortelle, après Sandra Bland, Eric Garner, Philando Castile, Tamir Rice et bien d’autres – a déclenché des manifestations convulsives à Minneapolis et ailleurs dans le monde, dont certaines étaient violentes.

 

Un poste de police incendié jeudi soir

Le président Donald Trump avait qualifié la vidéo de Floyd en détresse de « très choquante », mais jeudi soir, il a tweeté que certains des manifestants violents étaient des « voyous ».

Et il semblait suggérer qu’il ferait tirer les pillards militaires au Minnesota. Twitter a caché la publication pour « glorifier la violence ».

Obama, le premier président noir du pays, n’a pas spécifiquement commenté les manifestations de vendredi. Il a écrit, cependant, que la mort de Floyd a de nouveau mis en évidence quelque chose de laid et d’inéluctable dans la vie des personnes de couleur aux États-Unis.

Barack Obama partage ses « angoisses » :

La mort de George Floyd n’est pas normale en 2020 en Amérique.

L’issue de l’affaire Floyd, a-t-il poursuivi, « incombera principalement aux responsables du Minnesota pour garantir … que la justice soit finalement rendue ».

LIRE  Blac Chyna quitte son entretien avec Adam22 après avoir posé des questions sur Soulja Boy

Par ailleurs, à l’instar de Barack Obama qui Barack Obama partage ses « angoisses », Michelle Obama a également adressé les médias dans un plaidoyer émotionnel personnel au sujet de la mort de George Floyd.