• Le Niger dans le même groupe de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA ™ que l’Algérie
  • Cavalli a précédemment entraîné l’Algérie et certains des plus grands clubs du pays
  • Le coach français discute de sa nouvelle mission et des perspectives d’affronter les Verts

En mars de cette année, Jean-Michel Cavalli était en route pour l’aéroport Charles de Gaulle à Paris pour s’envoler vers la capitale du Niger, Niamey, pour signer un contrat d’entraîneur de l’équipe nationale du pays. Comme le destin l’aurait voulu, l’aéroport a immédiatement fermé en raison des craintes du coronavirus et Cavalli n’a pas pu voyager. Les responsables du football au Niger, cependant, étaient déterminés à obtenir ses services, et les deux parties ont donc accepté d’attendre quelques mois de plus avant de rendre la nomination officielle.

Pour le Français, cette confiance était un signe positif. L’insistance du Niger à rester avec lui malgré le retard, et son propre désir de prendre le rôle, augurent bien d’un partenariat réussi.

Dans une interview exclusive avec FIFA.com, Cavalli a discuté de sa nouvelle mission et des défis à venir.

« J’ai choisi ce pays parce que je me sentais à l’aise avec les officiels avec lesquels j’ai eu affaire », a-t-il expliqué. «Pour ma part, je leur ai toujours donné la priorité malgré les nombreuses offres que j’ai reçues. Ce respect mutuel a été un bon point de départ pour moi pour entraîner l’équipe. «

Comme pour tout autre entraîneur en Afrique, le premier objectif de la signature d’un contrat est d’atteindre la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF (CAN).

«Malheureusement, notre équipe a perdu deux qualifications cruciales pour l’AFCON, ce qui a nui à nos chances de se qualifier pour la finale. Mais cela ne veut pas dire que nous ne travaillerons pas dur pour y arriver. Pour moi, c’est un peu comme prendre le relais à mi-chemin. Si c’était le début [of qualifying], l’histoire serait probablement différente. Je pense que nos chances d’atteindre la finale dépendent des deux prochains matches contre l’Éthiopie. Mais en plus d’atteindre la finale de la Coupe d’Afrique, notre objectif est de bâtir une équipe solide capable de rivaliser fortement dans les éliminatoires de la Coupe du monde. «

LIRE  Dix moments mémorables lors des qualifications de la Concacaf

L'entraîneur du Niger Jean-Michel Cavalli

Démarrage réussi

L’entraîneur français a été surpris par le haut niveau du football au Niger, où il travaille pour la première fois. «Dans les mois que j’ai passés à la maison avant de venir ici, j’ai eu l’occasion d’étudier les joueurs et les alignements. J’ai été étonné des capacités que j’ai vues ici, avec certains des joueurs qui peuvent facilement jouer en Europe. «

Cavalli a pris un bon départ dans la nouvelle piste, remportant ses deux premiers matches amicaux en octobre. «Bien que nous ayons blessé deux joueurs, mon équipe était compétitive et au niveau requis. En trois jours, nous avons remporté deux matches amicaux contre le Tchad et la Sierra Leone. Bien que ce ne soient pas de grands noms en Afrique, je peux dire par expérience qu’il n’y a pas de petites équipes. Vous pouvez le dire d’après ce qui m’est arrivé lorsque j’ai entraîné l’Algérie – où se trouvait l’équipe quand je suis arrivé et jusqu’où ils sont allés. «

L'entraîneur nigérien Jean-Michel Cavalli avec les joueurs

Rencontre nostalgique

Le tirage au sort pour la qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022 ™ a placé le Niger dans un groupe difficile avec les champions continentaux en titre l’Algérie, le Burkina Faso et Djibouti. Interrogé sur ce qu’il pensait de ce quatuor, Cavalli a répondu: «Nous sommes dans un groupe avec trois équipes à peu près du même niveau. Les quatrièmes sont les champions d’Afrique. Notre match contre l’Algérie sera comme une finale et ils seront sans aucun doute les favoris. Cependant, nous devons nous donner des opportunités dans ces qualifications. Même si c’est un tir sur mille, nous nous efforçons.

«Mes équipes créent toujours des difficultés pour les adversaires. Tout le monde se souvient quand j’ai entraîné l’Algérie et que nous avons joué un excellent football lors de nos matches amicaux contre le Brésil et l’Argentine en 2007 », a-t-il ajouté.

Cavalli a été en charge de l’Algérie pendant environ deux ans, ce qui rendra la qualification pour la Coupe du monde entre les équipes très spéciale pour lui. «Je n’attache pas tellement d’importance au fait que j’ai entraîné l’Algérie et que je connais bien son football. Je m’efforce de faire l’impossible avec mon équipe car j’aime les compétitions. En tout cas, nous n’avons rien à perdre dans ce groupe. Le football algérien s’est beaucoup développé ces derniers temps, en particulier au niveau des équipes seniors et des infrastructures sportives, et leurs joueurs sont dans certains des plus grands clubs du monde. «

LIRE  La FIFA salue les changements juridiques révolutionnaires qui renforcent la protection des droits des travailleurs au Qatar

L'entraîneur du Niger Jean-Michel Cavalli

Dernier souhait

Comme son mandat pour l’Algérie n’a duré que de 2006 à 2007, Cavalli estime qu’il a raté une occasion de se joindre à la Coupe du monde. Naturellement, il aimerait le faire avec le Niger maintenant.

« Atteindre la finale de la Coupe du monde est le rêve de tout entraîneur. Si nous pouvons le faire avec le Niger, ce serait un exploit historique. Personnellement, j’ai perdu l’occasion de participer à la Coupe du monde 2010. » J’ai travaillé pendant 22 ans avec l’Algérie, des mois mais je suis parti avant le début des qualifications, mais mon travail là-bas à l’époque était encore payant.

«Avant de quitter l’Algérie, je me souviens avoir dit à Hamid Haddadj, alors président de la fédération de football du pays, que l’équipe était bien préparée pour les éliminatoires de la Coupe du monde et que je serais leur supporter numéro un. J’étais presque certain qu’ils seraient admissibles, compte tenu du bon travail que nous avions accompli au cours des derniers mois. La preuve, c’est que nous avons terminé la première moitié de notre match amical contre l’Argentine 2-0 et la première moitié du Brésil 0-0. Ces équipes sud-américaines étaient classées respectivement un et deux par la FIFA à l’époque. Je rêve donc définitivement de mener une équipe à la Coupe du monde avant de demander du temps pour ma carrière d’entraîneur. «

Mais qui selon lui sont les favoris pour représenter l’Afrique au Qatar 2022? « L’Algérie et le Sénégal sont en meilleure forme pour se qualifier, tout comme le Maroc, mais je pense que nous avons quelques surprises en réserve lors des prochaines éliminatoires. »