Il y a eu de nombreuses représentations du champ énergétique humain et des corps subtils dans la littérature métaphysique et religieuse. L’observation intéressante dans ces représentations est les nombreuses caractéristiques de signature qui peuvent être associées au plasma. Cela suggère que le champ énergétique humain et le corps subtil peuvent être modélisés comme des corps bioplasmiques. Une brève excursion des images dans la littérature et leur similitude avec les structures souvent vues dans le plasma est fournie ci-dessous.

1. Magnétosphère

En métaphysique générale, on sait que le corps bioplasmique (relativement) dense se trouve dans un ovoïde qui est entouré d’une coquille. Cet ovoïde est similaire à la magnétosphère autour de la Terre en ce qu’il protège le corps bioplasmique dense (dans l’ovoïde) des radiations indésirables, tout comme la magnétosphère terrestre protège la terre physiquement dense du rayonnement solaire nocif. L’ovoïde contient généralement un corps dense (par rapport au reste de l’ovoïde) le long de l’axe le plus long de l’ovide, avec un plasma magnétique de faible densité (faiblement ionisé) remplissant le reste de l’ovoïde. Les lignes de champ du champ magnétique dipolaire primaire, qui sont générées par les courants verticaux centraux (voir n ° 10 ci-dessous) dans le corps bioplasmique, sont en grande partie noyées dans l’ovoïde.

2. Coques concentriques

Les cristaux de plasma produits en laboratoire se présentent sous la forme de collections de particules, qui sont maintenues dans un arrangement cristallin par un plasma de gaz faiblement ionisé. Lorsque l’agencement des particules microscopiques était contenu entre deux électrodes et était éclairé par un faisceau laser, on pouvait même voir à l’œil nu que les particules se disposaient naturellement régulièrement dans jusqu’à 18 plans parallèles aux électrodes. Dans une expérience ultérieure, les particules du cristal de plasma ont été disposées en coquilles concentriques propres avec un diamètre total de sphère de plusieurs millimètres. Ces sphères coulombiennes ordonnées, constituées de coquilles concentriques alignées de particules de poussière, ont survécu longtemps. Cette structure en couches en forme d’oignon, qui consiste en des coquilles concentriques, est souvent vue dans la littérature métaphysique dans les représentations du champ d’énergie humaine ou des corps subtils.

3. Courants à double hélice (Birkeland)

On pense que la forme hélicoïdale du champ magnétique autour du nuage de gaz dans la constellation d’Orion est causée par la matière dans le nuage interstellaire se déplaçant en ligne droite sur la longueur du filament. Dans ce cas, le champ magnétique tourne autour du nuage dans un modèle de tire-bouchon. Les chercheurs ont pu voir cette forme en spirale à l’aide du télescope Green Bank, un observatoire radio en Virginie. Lorsque des champs magnétiques hélicoïdaux se forment dans le plasma, des particules chargées se déplacent le long des lignes de champ et créent des courants hélicoïdaux.

Kundalini est un terme sanscrit dérivé du terme Kundala et signifie «anneau» ou «bobine». Les courants Kundalini ont souvent été décrits dans la littérature métaphysique comme un serpent qui s’enroulait autour du sacrum autour de l’arrière du chakra racine en trois tours et demi (similaire à un solénoïde ou à un courant hélicoïdal comprimé). L’énergie proviendrait d’un réservoir apparent de bioénergie subtile à la base de la colonne vertébrale. Les courants verticaux centraux dans le corps subtil (décrits comme Ida, Pingala et Sushumna dans la littérature de yoga) sont souvent représentés dans la littérature métaphysique (en particulier le yoga) comme une paire de courants hélicoïdaux imbriqués à travers lesquels des courants droits circulent.

Des courants enchevêtrés (double spirale) se produisent souvent dans les plasmas des salles et des laboratoires. Des structures hélicoïdales peuvent également être trouvées dans le plasma poussiéreux (ou complexe). Cela montre qu’il existe un lien étroit entre la dynamique du plasma et la formation de la Kundalini centrale et les courants praniques dans le corps bioplasmique (supersymétrique), comme décrit par la métaphysique du plasma.

LIRE  Il est maintenant temps de se préparer à la météo hivernale

4. Points chauds ou plasmoïdes

Les plasmas peuvent prendre diverses formes et avoir des «points chauds» visibles. On a observé que ces points chauds dans le plasma s’étendent le long des axes. Deuxièmement, ces points chauds ont des couleurs et des températures différentes de celles du reste de la foule. Ces observations sont cohérentes avec les taches lumineuses de lumière de différentes couleurs qui sont souvent décrites dans la littérature sur les corps subtils et les champs d’énergie humaine le long de l’axe vertébral du corps humain.

On pense que les points chauds sont des sources d’émission de rayons X intenses ainsi que des faisceaux d’électrons et d’ions pulsés. Les points chauds nécessitent des vitesses de chauffage intenses, qui sont plus souvent associées à des faisceaux laser focalisés. Les rayons pulsés ont également été représentés dans la littérature métaphysique (voir n ° 6 ci-dessous). Vraisemblablement, ceux-ci sont créés par les points chauds, émergent des vertèbres (voir n ° 9 ci-dessous) et sont sujets à un « lens flare » lorsqu’ils sont expulsés de l’ovoïde et brisés par le matériau transparent dans l’ovoïde, ce qui pourrait créer des rayons convergents et collimatés .

5. Coronas, spicules et granulations

Les auras et décharges coronales, la granulation et les spicules sont des caractéristiques associées au soleil et à nos corps énergétiques subtils – ces derniers, comme le voient les clairvoyants. Des décharges coronales et des éruptions cutanées peuvent apparaître soudainement sur le soleil. Les différentes particules émises avec ces torches sont transportées par le vent plasma du soleil pour provoquer des orages magnétiques sur Terre. Les spicules sont des phénomènes éphémères qui correspondent à des jets de gaz ascendants qui se déplacent vers le haut et ne durent que quelques minutes sur le soleil. Des spicules peuvent également être observés dans les coronas des corps bioplasmiques. De plus, des stries peuvent également être observées (qui peuvent également être associées au plasma et apparaître sur des géantes gazeuses comme Jupiter). Les coronas et les spicules sont également visibles dans les représentations kirliennes de l’aura. (Lors d’essais en laboratoire, les représentations kirliennes de l’aura se sont avérées corrélées avec les couleurs et les formes que voient les «voyants» humains.)

6. Rayons et jets

Des scientifiques de l’Université Jiao Tong de Shanghai, utilisant un équipement scientifique sophistiqué, ont montré que «l’énergie subtile» a les propriétés d’un courant électromagnétique lorsqu’elle traverse les méridiens d’acupuncture, mais prend les propriétés de courants de particules cohérents, similaires à la lumière laser lorsqu’elle est projetée hors du corps. entre les mains de maîtres guérisseurs de qigong qui guérissent les maladies en rayonnant leur énergie dans le corps du patient.

Il y a des tourbillons importants sur la paume des mains (le corps subtil dans l’ovaire). Des jets, ou rayons de lumière dirigés, ont été vus sur des photographies prises lors d’événements où des pratiques énergétiques subtiles ont lieu (par exemple: Reiki, Qigong et «louange et adoration» chrétienne). Il y a aussi des images hindoues, taoïstes, bouddhistes et chrétiennes qui montrent des rayons de lumière émanant des paumes de saints ou de divinités. Un des voyants des apparitions de Fatima de «Marie» en 1919, «Lucia», a révélé que «Marie» ouvrait ses mains et que des «rayons de lumière» en émanaient lors d’une des apparitions.

7. Flux filamentaires

Le plasma forme naturellement des filaments en réponse aux champs électriques dans le corps subtil (qui, selon la métaphysique du plasma, consiste en un plasma complexe de particules chargées négativement, chargées positivement et neutres). Les particules chargées sont guidées dans ces filaments par des champs magnétiques et accélérées par des champs électriques, ce qui génère des courants. C’est un fait généralement admis en métaphysique qu’il y a des filaments dans nos corps subtils qui ont été appelés «méridiens», «nadis» et «canaux» dans la littérature chinoise, indienne et tibétaine. Dans la littérature taoïste et qigong, ils sont également appelés «circuits» et «orbites». Par exemple, les pratiquants de qigong peuvent parler de voies microcosmiques et macrocosmiques. L’orbite microcosmique est vraiment le méridien principal à travers lequel les particules sont accélérées dans les pratiques pertinentes afin d’ajouter de l’énergie au reste du corps subtil. Selon la métaphysique du plasma, ces méridiens sont des «courants de Birkeland», c’est-à-dire des courants dans lesquels des particules chargées circulent à travers les lignes de champ magnétique et sont guidées par elles.

LIRE  Comment les objectifs favorisent et équilibrent notre énergie

8. Dispositif de mise au point plasma

Le dispositif de mise au point à plasma utilise l’accélération et la compression électromagnétiques pour générer un point chaud ou un plasmoïde à courte durée de vie, limité magnétiquement, qui est si chaud et dense qu’il devient une source de rayonnement multiple. Ces plasmoïdes émettent des faisceaux intenses d’ions et d’électrons accélérés (voir n ° 4 ci-dessus). Le dispositif de mise au point à plasma est similaire au pistolet à plasma, qui est un tube à choc magnétique qui éjecte le plasma sous la forme d’un plasmoïde sans le pincer.

Les similitudes dans l’image lorsque l’on regarde le canon d’un dispositif de focalisation à plasma dense et l’image du chakra de la gorge présentée par Leadbeater sont évidentes. Les dispositifs de focalisation plasma sont donc déjà intégrés dans les corps bioplasmiques, les tourbillons dans le corps bioplasmique agissant comme des systèmes de livraison d’intenses faisceaux collimatés de particules énergétiques que l’on peut voir dans de nombreuses représentations religieuses de divinités (voir 6 ci-dessus).

9. Vortex de plasma

Les particules chargées dans un environnement ionisé ont tendance à suivre les lignes de champ magnétique. Si le trajet de la particule est à un angle, c’est-à-dire ni parallèle ni perpendiculaire aux lignes de champ magnétique, la particule va en spirale en utilisant un trajet hélicoïdal autour des lignes de champ magnétique. Lorsque les particules submergent, elles entrent en collision avec d’autres particules dans l’ovoïde, créant un phénomène lumineux similaire aux aurors dans l’atmosphère aux pôles magnétiques de la Terre. Ce processus crée un chemin en spirale qui est de forme conique vu de côté, la pointe du cône rencontrant la surface du corps bioplasmique. Dynamiquement, cela peut être décrit comme un vortex. Étant donné que de nombreuses particules s’écoulent dans le corps bioplasmique et empruntent des trajectoires légèrement différentes, des tourbillons plus petits peuvent également se produire dans un tourbillon plus grand.

La métaphysicien expérimentale Barbara Brennan, comme beaucoup d’autres métaphysiciens, a observé des tourbillons dans le champ énergétique humain ou dans le corps bioplasmique. Dans chaque vortex qui se trouve à la surface du corps relativement dense à l’intérieur de l’ovoïde, il y a également de petits vortex rotatifs qui tournent à des vitesses très élevées.

10. Champs

Il a été observé et enregistré dans la littérature métaphysique et religieuse que dans le corps bioplasmique les courants hélicoïdaux et droits (voir n ° 3 ci-dessus) sont alignés avec l’axe le plus long du corps bioplasmique. Ce sont les « courants centraux ». De plus, de nombreux flux de filaments pénètrent dans le corps bioplasmique (voir n ° 7 ci-dessus).

Barbara Brennan a observé un réseau complexe de courants enveloppant le corps bioplasmique en orbite autour du champ de sorte que tout le champ aurique et tous les niveaux inférieurs soient entourés et maintenus par un réseau en forme de panier. «Les charges mobiles créent des champs magnétiques, qui ont été présentés à plusieurs reprises dans la littérature métaphysique. Les champs localisés sont intégrés dans des champs mondiaux.

© Droits d’auteur Jay Alfred 2008