(Agence Ecofin) – Message au pays du Président de la République du Niger, Issoufou Mahamadou, à l’occasion de la nouvelle année.

Mes chers concitoyens,

L’année 2020 touche à sa fin. J’en ai fait le bilan, ainsi que celui des dix ans de mise en œuvre du programme Nouvelle naissance, à l’occasion du message du 18 décembre à la nation. Dans l’ensemble, ce fut une «annus horribilis», une année terrible, surtout en termes de santé et de sécurité. Beaucoup d’entre vous ont perdu des êtres chers, sont tombés sur le champ d’honneur ou ont été emportés par cette terrible pandémie cette année, covid 19.

C’est une année qui nous a retrouvés et a commencé en deuil après la disparition de nos soldats à Inatès et Chinagodar respectivement le 10 décembre 2019 et le 9 janvier 2020. Je suis heureux de dire aujourd’hui que nous sommes sortis de ces catastrophes d’en haut, plus déterminés dans la lutte, nous luttons contre le terrorisme et le crime organisé depuis des années. Nos forces de défense et de sécurité ont relevé la tête. Nous en sommes fiers. Nous sommes fiers de leur courage, de leur professionnalisme, de leur sens aigu du devoir. Ils ont été déployés sur différents fronts et se sont révélés être la colonne vertébrale de l’État. Nous avons renforcé cette épine dorsale en doublant les effectifs à partir de 2010 grâce à la formation et à l’équipement, notamment pour les forces spéciales. Pour les cinq prochaines années, l’objectif est de doubler à nouveau les effectifs, de poursuivre leur formation et leur équipement. Le sacrifice de nos martyrs d’Inates, de Chinagodar et d’autres champs de bataille ne sera pas vain: en effet, Dieu merci, nous gagnerons ce que les historiens appellent aujourd’hui les guerres du Sahel et du bassin du lac Tchad. Comme je l’ai dit, à l’occasion du message du 18 décembre à la nation, toutes les conditions de la victoire sont réunies: les capacités nationales sont renforcées, les forces conjointes sont opérationnelles, des alliances sont en place. Toutes ces forces, sous commandement conjoint, ont remporté d’importantes victoires en 2020. Je leur offre mes meilleurs vœux de succès en 2021. Outre les questions militaires, les questions de développement économique et social et celles liées aux droits de l’homme sont prises en compte. Cela permettra de finaliser notre victoire sur l’ennemi, cet ennemi qui fait tant de souffrance à notre peuple, dont il persécute les femmes et les enfants, cet ennemi qui a fait tant de victimes parmi la population civile et militaire. J’affirme la solidarité de l’Etat avec toutes les familles des victimes militaires et civiles de cette tragédie. J’ai une pensée des déplacés et des réfugiés auxquels je souhaite la sortie des camps et une normalisation de la situation.

LIRE  Amea Power augmente la puissance de la centrale solaire de Kom Ombo de 300 MW

Mes chers concitoyens,

C’est le 19 mars 2020 que notre pays a enregistré son premier cas de covid, cette pandémie qui secoue la planète entière. Avant même cette date, le gouvernement pouvait anticiper la gestion de la première vague. Nous avons élaboré très tôt un plan d’intervention pour faire face aux conséquences humaines, sociales et économiques de la pandémie. En particulier, cela a conduit à un ajustement très marqué à la baisse de notre taux de croissance économique pour l’année. À la fin du mois d’octobre 2020, seule une dizaine d’affaires étaient encore pendantes. Malheureusement, la deuxième vague débute début novembre, caractérisée par des cas asymptomatiques et une propagation au-delà des centres urbains pour atteindre les zones rurales. Au 30 décembre 2020, depuis le début de la pandémie, nous avons enregistré 3268 cas positifs avec 1802 guérisons, 104 décès, 1362 cas actifs, dont 130 à l’hôpital, dont trois en réanimation. En raison de l’augmentation rapide des nouveaux cas, nous craignons des tensions au sein des hôpitaux et des centres d’accueil. Face à cette situation, je vous exhorte à observer les mesures de barrière décidées par le gouvernement pour contenir la pandémie et sauver des vies. Ces mesures peuvent sembler restrictives, mais c’est le prix qu’il faut payer pour se protéger et protéger les autres. Seulement, en attendant le vaccin, ces mesures peuvent briser la chaîne de l’infection. En ce qui concerne le vaccin, le gouvernement a élaboré un plan pour l’introduire le plus rapidement possible. Ce plan prévoit une vaccination prioritaire pour 47% de la population: il s’agit des agents de santé, des personnes âgées, des personnes à risque de comorbidité, des éléments des forces de défense et de sécurité, des écoliers et des enseignants. . J’espère que l’année 2021 nous permettra de surmonter cela …

LIRE  Earthlife reçoit l'annulation de la centrale à charbon de Thabametsi (1200 MW)