Metromile, l’assureur automobile au paiement par mile qui a licencié un tiers de sa main-d’œuvre plus tôt cette année en raison des incertitudes économiques causées par le COVID-19, suit la voie de la SPAC vers les marchés publics.

La société, fondée en 2011 et dirigée par le PDG Dan Preston, a déclaré qu’elle avait conclu un accord de fusion avec la société d’acquisition spécialisée INSU Acquisition Corp. II, avec une valorisation des actifs de 1,3 milliard de dollars.

Métromile a déclaré qu’il était en mesure de lever 160 millions de dollars d’investissements privés dans le capital public, ou PIPE, dans le cadre d’un cycle d’investissement dirigé par la société Social Capital de Chamath Palihapitiya. Les investisseurs existants Hudson Structured Capital Management et Mark Cuban, ainsi que les nouveaux bailleurs de fonds Miller Value et Clearbridge ont participé. Metromile disposera d’environ 294 millions de dollars en espèces à la clôture.

La société prévoit d’utiliser ce produit pour réduire la dette existante et accélérer sa croissance, en particulier pour embaucher des employés pour soutenir ses activités d’assurance des consommateurs et ses activités commerciales, et pour dépasser son empreinte géographique d’ici la fin de l’année prochaine. huit États à se développer pour atteindre un objectif de couverture nationale de 21 États d’ici la fin de 2022.

On attribue à Metromile la perturbation de certaines des inefficacités du modèle commercial de l’assurance automobile, en particulier la façon dont les consommateurs sont facturés. Plutôt qu’un forfait standard, Metromile facture les clients en fonction de leur kilométrage, qu’il peut mesurer via un appareil connecté au véhicule. Environ les deux tiers des conducteurs américains sont considérés comme à faible kilométrage, selon Metromile. En calculant le kilomètre, Metromile affirme que ses clients économisent 47% en moyenne par rapport à leur ancien assureur.

LIRE  La plateforme indienne de jeux mobiles Mobile Premier League lève 90 millions de dollars

La société a développé une application mobile qui permet non seulement aux utilisateurs de soumettre des réclamations, mais fournit également d’autres fonctionnalités telles que l’alerte du conducteur des violations possibles du stationnement en raison des activités de balayage des rues. Désormais, avec 3 milliards de kilomètres de données sur les conducteurs, l’entreprise est en mesure de créer des modèles prédictifs qui aident à réduire les coûts des clients et à améliorer leur expérience globale.

La société a également créé une division d’entreprise en 2019 qui propose des logiciels basés sur le cloud en tant que service aux principaux assureurs existants. Metromile accorde une licence aux composants de sa plateforme, y compris les outils d’automatisation des réclamations et de détection de fraude.

La pandémie COVID-19 a provoqué des vents contraires pour Metromile, l’une des startups à la croissance la plus rapide de la région de la baie. Metromile a fini par licencier une centaine de personnes parce qu’elle voulait réduire ses effectifs. La société a déclaré à l’époque que son activité avait été touchée par des commandes au domicile liées à une pandémie, ce qui avait réduit la conduite de ses clients. La pandémie a également incité les conducteurs américains à magasiner pour des assurances et à rechercher des offres qui soutenaient leur passage à un kilométrage inférieur.

L’investisseur cubain a déclaré dans l’annonce de la société SPAC qu’il voyait un avantage pour la société.

« En ces temps de difficultés financières, de chômage et de travail à domicile, Metromile offre une alternative importante à l’assurance », a déclaré Cuban. «L’option de payer une assurance au kilomètre change la donne et c’est pourquoi je suis extrêmement enthousiasmé par l’avenir de Metromile!»

LIRE  SpaceX a attribué un contrat pour aider au développement du réseau américain de satellites de suivi de missiles

Palihapitiya de Social Capital est tout aussi optimiste sur l’entreprise, tweet mardi Buffett avait Geico. Je choisis @Metromile. «

Metromile a de nouveau embauché du personnel et les a renvoyés en congé ce printemps. Aujourd’hui, l’entreprise compte plus de 230 employés et ne s’attend pas à une réduction de ses effectifs à l’avenir. Au lieu de cela, la société a déclaré à TechCrunch qu’elle prévoyait d’embaucher du personnel supplémentaire dans l’espoir que les activités des consommateurs et des entreprises se développeront de manière «significative» dans les années à venir.

La transaction devrait se conclure au premier trimestre 2021. La société issue du regroupement fournira à Metromile Inc. et devrait rester coté au NASDAQ sous le nouveau symbole «MLE».