(Agence Ecofin) – Après avoir remplacé John Magufuli décédé le mois dernier, Samia Suluhu Hassan, la nouvelle présidente tanzanienne, semble vouloir faire une différence totale par rapport à son prédécesseur. Ceci dans de nombreux domaines, y compris la gestion des médias.

En Tanzanie, le président Samia Suluhu Hassan (photo) a ordonné la réouverture des médias qui avaient été fermés sous le président John Magufuli. Elle a annoncé ce nouveau geste de rupture avec son prédécesseur le mardi 6 avril, lors d’une apparition publique.

« Je t’ai dit [régulateur des médias, Ndlr] a révoqué les licences de certains médias, dont certaines chaînes de télévision en ligne. Vous devez lever les interdictions, mais dites-leur de suivre la loi et les directives du gouvernement. Ne leur donnez pas l’occasion de dire que nous restreignons la liberté de la presse « , a déclaré le président.

«C’est un nouvel espoir», a-t-elle déclaré, «parce que nous savons tous que certains médias ont été interdits pour avoir été accusés d’avoir enfreint la loi et les règles. Nous pensons qu’avec la déclaration du Président, nous serons libres d’assumer nos responsabilités conformément aux lois et règlements. »a déclaré Salome Kitomari du Southern African Media Institute (MISA), une organisation qui défend la liberté d’expression.

Apparemment déterminée à être différente de son prédécesseur, la présidente tanzanienne semble vouloir donner plus de liberté à la presse et rompre avec le climat de censure instauré par Magufuli.

Servan Ahougnon

Lisez aussi: 28/08/2020 – Tanzanie: le régulateur suspend Clouds FM et Clouds TV pendant une semaine

LIRE  le nombre de chômeurs a augmenté de 10,7% en rythme trimestriel