Stride VC, un fonds d’investissement de démarrage basé à Londres, a levé son deuxième fonds, qui s’élèvera à 100 millions de livres (138,6 millions de dollars) – identique à son premier fonds. Le fonds investira principalement dans des startups à Londres, mais examinera également certaines opportunités européennes.

La dissolution des LPs du fonds est de 10% de fonds de fonds, 60% d’autres institutionnels, 28% de family offices et 10% de particuliers. Stride a déclaré qu’environ 80% de ce nouveau fonds provenait de LPs de retour et 20% de deux nouveaux investisseurs institutionnels anonymes. Stride n’a aucun investissement public ou gouvernemental.

Les investisseurs comprennent les fondateurs de Cazoo, King, Pillpack, Dott et des investisseurs institutionnels tels que Delin Ventures, Draper Esprit, Mubadala et CNP (Groupe Frere).

Le fondateur de Stride, Fred Destin, m’a dit que bien que la collecte de fonds soit prévue pour juin, les deux nouveaux investisseurs institutionnels non nommés «ont contacté en janvier et confirmé leur intention d’investir vers la mi-février après un rapide processus d’enquête. Nous n’avions pas prévu d’augmenter en juin. Nous avons obtenu toutes les allocations le 12 mars et avons fermé le 31 mars. Une course effrénée pour un fonds », a-t-il déclaré.

Stride a également subi quelques ajouts de personnel. Le podcasteur à succès sur VC, Harry Stebbings, qui a cofondé Stride, laissé à l’amiable début février pour créer son propre fonds. Cleo Sham est le nouveau partenaire qui rejoint à temps plein en juin, comme annoncé sur Twitter. En août de l’année dernière, elle a perdu son partenaire parisien, Pia d’Iribarne, qui avait fondé Newwave.vc.

LIRE  Mycons facilite la création et l'achat d'icônes personnalisées pour votre écran d'accueil iOS

Destin m’a également dit qu’il chercherait un nouveau troisième partenaire pour le fonds, ainsi que deux autres membres de l’équipe: «Je recherche principalement des talents exceptionnels. S’ils ne correspondent pas à une sorte de moule, ou s’ils n’ont pas de MBA et parlent comme des MBA, c’est encore mieux. Ce que je veux dire, c’est que je ne veux pas que les gens recherchent simplement vos références. Mais, a-t-il ajouté, « Ne me @ me sur Twitter à ce sujet! »

Shane Burgess s’est joint pour diriger le talent; Pietro Invernizzi, anciennement de The Family, gère le «First Check Program».

Destin dit que Stride «reste fermement attaché à Seed», menant ou dirigeant généralement un cycle de financement. Mais qu’il passera également du financement de pré-amorçage avec des chèques de 250 000 £ à des investissements parfois plus importants dans des entreprises comme Huboo, où il a investi 4,5 millions de £. Le programme d’investissement principal va de 750 K £ à 4 M £ (généralement 2 M £) et les cycles inférieurs de 250 K £.

Destin décrit le fonds comme un «capital-risque artisanal» où il investit en «petits lots». Il a déclaré: «Nous comprenons que les startups sont chaotiques et nous embrassons le chaos. Nous valorisons la confiance avant tout. Ce n’est pas une question de contrôle; nous parlons d’impact. Nous préférons faire le travail que d’en parler, d’où le site Web minimal. «

Lors d’un appel téléphonique, il a ajouté: «Nous ne prenons pas de siège au conseil d’administration, nous préférons offrir aux fondateurs quelque chose qui leur convient. Nous allons donc faire des choses ad hoc comme une séance de stratégie, les aider à recruter quelqu’un, des interventions ciblées. Les fondateurs semblent beaucoup l’apprécier. «

LIRE  Seedcamp lève 78 millions de livres sterling pour son cinquième fonds

Jusqu’à présent, Stride’s Fund I a soutenu 29 entreprises. Le plus connu est peut-être Cazoo. Bien qu’une grande partie de son portefeuille n’ait pas été rendue publique et défie les « thèmes », il est connu pour avoir investi dans:

  • Infrastructure d’API: STRAPI, Impala, WeGift
  • E-commerce: Cazoo, devant de l’emballage
  • SaaS: SEDNA, Cord, Unibuddy, WeGift

Destin m’a dit: «Nous ne pensons pas nécessairement qu’il soit utile pour les entreprises d’annoncer ce qu’elles font et ce qu’elles ont retenu. Et pour nous-mêmes, nous n’avons pas besoin de flatter notre ego. Beaucoup de nos entreprises aiment opérer sous le radar. «