• Renan Lodi discute du match de qualification du Brésil pour le Qatar 2022 avec l’Uruguay
  • Il se souvient avoir vu son père pleurer après Seleção Afrique du Sud sortie 2010
  • Le joueur de 22 ans salue les coéquipiers de l’Atletico Madrid Luis Suarez et Joao Felix

«Il était le plus grand danger du Brésil», a écrit Marca après la victoire 1-0 sur le Venezuela vendredi. « Les trois chances que Seleção fait dans la première moitié, tout est sorti de ses pieds. « 

Pourtant, bien que le sportif espagnol le qualifie en plaisantant d ‘ »attaquant », ce n’était pas un attaquant dont ils étaient enthousiastes, mais un arrière gauche. En effet, Renan Lodi était le principal infuseur d’invention dans le vide créé par l’absence de Neymar et a été nommé homme du match par plusieurs publications – ce qui aurait semblé ridicule il y a 18 mois.

Le résident de Serrana n’était couvert par ses terres à aucun niveau et se trouvait dans l’Atletico Paranaense. Il a depuis déménagé à l’Atletico Madrid, s’imposant comme le premier arrière gauche du Brésil, surnommé «  un phénomène  » par Filipe Luis, «  un grand talent  » par le légendaire Junior et «  un joueur qui a tout  » par Diego Simeone.

FIFA.com s’est entretenu avec Renan Lodi, 22 ans, pour discuter de sa carrière en flèche, de la confrontation entre le Brésil et l’Uruguay pour la qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022 ™, Luis Saurez, Joao Felix et si l’Atletico Madrid peut gagner la Liga cette saison et les meilleurs arrières gauches du monde.

FIFA.com: La plupart des joueurs brésiliens représentaient le pays au niveau des jeunes, mais pas vous. Qu’avez-vous ressenti d’être soudainement dans l’équipe première l’année dernière à 21 ans?

Renan Lodi: J’ai joué pour l’Atletico Paranaense à tous les niveaux des jeunes. J’ai toujours rêvé d’être convoqué par le Seleção – aux niveaux U-15, U-17, U-20 et senior. Chaque fois qu’il y avait Seleção appels au niveau des jeunes, j’ai eu de l’espoir et j’étais vraiment triste quand je n’ai pas été appelé. Mais j’ai toujours gardé mon objectif de devenir professionnel avec l’Atletico Paranaense et, si Dieu le veut, d’atteindre le niveau senior Seleção. J’apprécie autant que je peux et je veux jouer du mieux que je peux pour que mon club continue de recevoir des appels ici.

LIRE  Laba a suivi les traces de Coubadja pour le Togo

Il y a treize mois, vous n’aviez jamais fait partie d’une équipe brésilienne. Vous êtes maintenant le premier choix à gauche. Que ressentez-vous?

C’est un sentiment de fierté énorme. Vous pensez combien de joueurs en ont rêvé – des footballeurs et des gens qui font autre chose. J’aime porter la chemise du Brésil. J’apprends autant que possible de chaque joueur, de chaque entraîneur. Je suis très fier d’être ici et j’en profite à chaque seconde.

Vous avez donné trois passes décisives en six apparitions au Brésil. Tite vous encourage-t-il à aller de l’avant?

Je suis presque un attaquant différent! (rires) J’ai plus de liberté pour attaquer avec le Seleção. Ce n’est pas comme ça dans mon club. J’aime vraiment bien ça. Mais avec Tite, il me demande de me présenter, oui, mais de toujours garder mes responsabilités défensives.

Dans quelle mesure êtes-vous satisfait du début des qualifications du Brésil pour Qatar 2022?

Nous sommes très heureux. L’ambiance dans l’équipe est géniale. Vous ne pouvez pas dire un peu de négatif à ce sujet – tous les joueurs veulent s’entraider. Nous sommes très satisfaits des trois premiers résultats. Neuf points, le maximum. Mais nous avons un gros match contre l’Uruguay et nous voulons en obtenir plus. Nous voulons bien performer et continuer à gagner des points.

Que pensez-vous de cette équipe uruguayenne?

Ils sont vraiment bien organisés. Ils sont très difficiles à décomposer. Ils donnent tout de la première à la dernière minute, ce qui le rend toujours très intense et rapide. Ils ont de grands joueurs. Suarez est sorti avec COVID et c’est un coup dur pour eux, mais ils ont d’autres grands joueurs offensifs. Ce sera un test très difficile pour nous, mais nous sommes confiants, bien préparés et ferons tout pour essayer d’obtenir les points.

Avez-vous discuté du jeu avec Suarez?

Nous avons plaisanté à ce sujet à l’Atletico. Il m’a allumé, je l’ai allumé. Il a dit qu’il me marquerait, arrêterait, ils gagneraient. Je lui ai dit des choses. Tout est sympa.

LIRE  Ivankovic s'entretient avec la Croatie, l'Iran et le coaching d'Oman

Quel est le souvenir de la Coupe du monde qui vous reste le plus à l’esprit lorsque vous grandissez?

2010. Je n’oublierai jamais cela. Nous l’avons regardé à la maison. Nous battions les Pays-Bas, mais nous avons finalement été éliminés. Mon père s’est mis à pleurer. J’ai trouvé très difficile de voir cela. Je m’en rappelle comme si c’était hier.

Quels arrières gauches avez-vous le plus regardé?

Roberto Carlos était un grand joueur, mais je ne l’ai pas beaucoup vu parce que je suis jeune. J’aime beaucoup Filipe Luis, Alex Sandro, que je regarde beaucoup – la façon dont il défend, la façon dont il lit le match. Marcelo aussi.

Qui considérez-vous comme le meilleur arrière gauche du monde?

[Andy] Robertson de Liverpool et Alphonso Davies du Bayern Munich sont d’excellents joueurs. Davies est encore plus jeune que moi et Robertson est encore jeune. Ce sont de grands joueurs et ont tellement de potentiel.

Atletico Madrid peut-il gagner la Liga cette saison?

Oui. Cela se passe très bien, nous avons une équipe très solide. La Liga est une compétition très difficile à gagner. La table est vraiment désordonnée, les favoris ont perdu des points. Nous sommes troisièmes, nous avons deux matchs entre les mains des équipes au-dessus de nous, et nous travaillons très dur pour avoir une belle campagne.

Que pensez-vous de Suarez?

C’est un vrai farceur, très gentil. Il fait également tout son possible pour aider tout le monde chaque jour. J’essaie d’apprendre autant que possible du temps que je passe avec lui car il n’y a pas de mots pour le décrire. Il est fort, très talentueux, termine avec les deux pieds. C’est un grand joueur et un énorme atout pour notre club.

Et qu’en est-il de Joao Felix?

C’est mon frère au club. Nous avons presque le même âge. On s’entend bien. C’est un joueur incroyablement talentueux, mais il essaie aussi toujours d’apprendre et de s’améliorer. Je n’ai aucun doute qu’il deviendra l’un des meilleurs joueurs du monde.