Les autorités françaises ont arrêté et inculpé dimanche un bénévole repentant de l’église. Ce dernier a déclaré aux enquêteurs qu’il était responsable de l’incendie criminel d’une cathédrale française. La cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes est un patrimoine gothique du XVe siècle.

L’homme avait déjà été interrogé puis relâché après l’incendie du 18 juillet qui a détruit l’orgue, brisé des vitraux et noirci l’intérieur de la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de la ville de Nantes, dans l’ouest de la France. En effet, il s’agit d’un orgue célèbre détruit par un incendie dans une cathédrale vieille de plusieurs siècles en France

 

Un bénévole repentant arrêté et inculpé dans le cadre de l’incendie criminel d’une cathédrale française

Détenu à nouveau ce week-end pour un nouvel interrogatoire, le bénévole de l’église a reconnu la responsabilité de l’incendie criminel d’une cathédrale française, a déclaré son avocat Quentin Chabert.

« Il a avoué les allégations portées contre lui qui, comme l’a indiqué le procureur, ont causé des destructions et des dégâts par le feu », a déclaré l’avocat à la radio France Info. « Il regrette les faits. C’est certain. Il est dans une sorte de repentir ».

Les médias français ont cité le procureur de Nantes en disant que le Rwandais de 39 ans, qui avait été chargé de verrouiller la cathédrale, a déclaré au juge d’instruction qu’il avait allumé trois incendies : sur deux orgues de la cathédrale et un boîtier électrique. Ses motivations étaient inconnues.

Le procureur a déclaré que l’incendie criminel d’une cathédrale française était passible d’une peine de 10 ans de prison et d’une amende de 150 000 euros (175 000 dollars).

LIRE  Pourparlers entre l'Afghanistan et les talibans: le gouvernement appelle à un cessez-le-feu

Ramassé immédiatement après l’incendie, détenu pendant plus d’une journée puis relâché, l’homme a été de nouveau détenu samedi matin, sur la base de preuves rassemblées par des experts en médecine légale de la police et une équipe de 20 enquêteurs qui ont interrogé plus de 30 personnes, a déclaré le procureur dans un communiqué.

L’incendie a brisé les principaux vitraux situés entre les deux tours de la cathédrale et détruit son orgue principal. Datant du XVIIe siècle, les fidèles l’appelaient « l’âme de la cathédrale ».

La construction de la cathédrale a durée pendant cinq siècles avant son achèvement en 1891. L’orgue principal avait déjà survécu à un grave incendie en 1972, qui a détruit une grande partie de ses structures en bois.

 

L’historique de la cathédrale gothique de Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes

La première pierre de la cathédrale fut posée le 14 avril 1434, par Jean V, duc de Bretagne et Jean de Malestroit, évêque de Nantes (1417–1443). Le premier architecte en charge fut Guillaume de Dammartin cédera plus tard sa place à Mathurin Rodier. La construction a commencé par la façade ouest, les bas-côtés de la nef et ses chapelles latérales. On peut diviser le processus de construction de la cathédrale en cinq phases :

La première phase a eu lieu entre c. 1434 et c. 1470. Cette époque marque la construction de la façade ouest et de la travée de la tour, de même que le bas-côté sud de la nef avec ses chapelles et les piliers à arcades sud.

La deuxième phase a eu lieu à partir de c. 1470 à c. 1490. Pendant ce temps, on construisit la nef, le bas-côté nord et ses chapelles, le mur ouest du transept nord et la jetée de croisement nord-ouest.

LIRE  Barack Obama: l'ancien président annonce la date de sortie de Memoir

Dans la troisième phase, c. 1500-1516, on installa le verre de la grande fenêtre ouest (1498), un cadeau de la reine Anne. En 1500 eut lieu la voûte de la première travée de la nef.

De 1508 à 1516, ce fût l’achèvement de l’aile sud et de sa chapelle dans la quatrième phase. En 1519-1520, les travaux du transept sud ont débuté. Cela a achevé la plupart des parties supérieures de son mur occidental.

La dernière phase est celle post-médiévale. Elle s’étendait de 1626 à 1630 et conduit à l’achèvement de la voûte haute de la nef. Entre 1631 et 1637, c’était les travaux de finition du transept sud. Ce dernier avait un style gothique sympathique.